https://www.france24.com/fr/europe/20220327-il-y-a-80-ans-le-d%C3%A9part-du-premier-convoi-de-d%C3%A9portation-de-juifs-de-france

« Le 27 mars 1942, le premier convoi de juifs partait de France avec 1 112 hommes, pour moitié des détenus du camp de Drancy et pour l’autre, des détenus du camp de Compiègne. Cette date peu connue marque pourtant le départ d’une nouvelle étape dans la mise en œuvre des persécutions. Après ce premier départ, 73 autres convois vont mener à la mort près de 72 000 personnes.

« On nous avait donné une miche de pain et un bout de saucisson, mais rien à boire. Et on a voyagé trois nuits et trois jours. Et quand on s’arrêtait, on réclamait à boire. On n’a jamais pu avoir de quoi boire. » Dans un entretien réalisé en 2005 par l’INA, Jacques Smaer, rescapé du camp d’Auschwitz-Birkenau décédé en 2019, avait livré son témoignage sur sa déportation. « On ne savait pas où on partait. On savait qu’on partait vers l’Est parce qu’on prenait l’Est », avait-il alors raconté.

En ce 27 mars 1942, Jacques Smaer ne connaît pas encore la destination de ce sinistre voyage : le camp d’Auschwitz-Birkenau, en Pologne. Le jeune homme alors âgé de 20 ans vient de monter dans le convoi n°1. Pour la première fois, un transport de juifs est organisé depuis la France.

Ce premier départ se situe au croisement de deux politiques menées par l’occupant allemand : celle de répression et celle de persécution. Quelques mois plus tôt, après des attentats contre des soldats allemands, la politique des otages avait été enclenchée. « À partir de la fin de l’été 1941, des otages sont arrêtés dans la population française et exécutés en cas d’attaque contre des soldats allemands. Conscientes de l’impopularité d’une telle politique, les autorités d’occupation privilégient les communistes et les juifs dans leurs opérations de prise d’otages et d’exécution, de façon à pouvoir les présenter comme des ennemis ‘extérieurs’ au peuple français », décrit l’historien Nicolas Morzelle, auteur d’une étude sur le convoi n°1.

Une « externalisation de la répression »

Mais cette mesure se révèle contreproductive et impopulaire. Le commandement militaire allemand opte finalement pour une « externalisation » de la répression et décide d’envoyer vers l’Est un convoi de répression constitués « d’éléments criminels judéo-bolcheviks [qui] seront déportés aux travaux forcés à l’Est ». Dans le même temps, « l’Obersturmführer SSTheodor Dannecker, chef du ‘service juif’ de la Gestapo et représentant d’Adolf Eichmann à Paris, souhaite accélérer la persécution des juifs en France », précise Nicolas Morzelle. En décembre 1941, la décision d’exterminer les juifs d’Europe a été prise par Adolf Hitler et formalisée en janvier 1942 lors de la conférence de Wannsee. Sa mise en œuvre est reculée en raison d’un manque de trains, et c’est finalement le 27 mars 1942 que ce premier convoi est établi.

À son bord, 1 112 hommes. « Le premier groupe est constitué d’hommes arrêtés lors d’une rafle menée à Paris par la police française encadrée par la Feldgendarmerie entre le 20 et le 25 août 1941. Ils sont internés à Drancy », détaille Nicolas Morzelle. « Le deuxième groupe est constitué d’hommes arrêtés lors de la rafle du 12 décembre 1941, toujours à Paris, surnommée la ‘rafle des notables’. Elle doit son surnom au fait que, sur ordre du MBF [le Militärbefehlshaber in Frankreichle commandement militaire allemand en France, NDLR] et au grand dam des autorités de Vichy, elle vise volontairement des juifs de nationalité française, appartenant majoritairement à des milieux privilégiés qui sont conduits au camp de Royallieu, à Compiègne », poursuit-il.

Le train est ainsi formé au départ de la gare du Bourget-Drancy avec 565 hommes du camp de Drancy, puis il prend la direction de Compiègne, où il est complété avec 547 hommes pris au camp de Royallieu. Il s’agit du seul convoi parti de France constitué de wagons de voyageurs de 3e classe et pas encore de wagons à bestiaux. Il arrive au camp d’Auschwitz-Birkenau, trois jours plus tard, le 30 mars, à 5 h 33 du matin.

29 survivants sur 1 112 hommes

Contrairement à beaucoup d’autres convois qui suivront, tous les déportés sont alors sélectionnés pour les travaux forcés. « Auschwitz n’est pas encore le grand centre d’extermination qu’il deviendra par la suite. Des expérimentations de gazage ont certes été effectuées sur des prisonniers de guerre soviétiques à l’automne 1941 dans le Krema I [la morgue du camp principal d’Auschwitz I, NDLR]. Et au cours du mois de mars 1942, une cabane a été aménagée en chambre à gaz (le Bunker I) dans le bois de Birkenau, dans laquelle on commence à gazer des juifs venus de Haute-Silésie. Cependant, ces opérations sont encore ‘limitées’ par rapport à celles qui seront mises en œuvre à partir de l’été 1942 », explique Nicolas Morzelle.

Les déportés venus de France reçoivent ainsi des numéros de matricule allant de 27 533 à 28 664. Même s’ils échappent à l’extermination à leur arrivée, leur survie reste limitée. 90 % des hommes de ce convoi meurent dans les cinq premiers mois, victimes d’épuisement, de mauvais traitements infligés par les gardiens et les kapos, de maladies, de la faim ou de sélections aléatoires selon leur état de faiblesse pour la chambre à gaz. En janvier 1945, après la libération du camp et les terribles marches de la mort, ils ne sont plus que 29 survivants, selon l’étude menée par Alexandre Doulut, Serge Klarsfeld et Sandrine Labeau.

Certains de ces hommes, comme Jacques Smaer, ont témoigné de leur déportation, mais ce convoi n’occupe pas une place si importante dans la mémoire collective. « Il s’agit pourtant du premier convoi de personnes qui sont déportées pour aucun autre motif que celui d’être désigné pour juif », insiste Karen Taieb, la responsable des archives du Mémorial de la Shoah. « Cette date est importante car elle marque une nouvelle étape dans la mise en place des persécutions, sans doute le paroxysme. Après ce premier départ, ce sont près de 73 convois qui vont suivre, menant à la mort près de 72 000 personnes », ajoute-t-elle.

« Je pars à destination inconnue »

Pour commémorer ce convoi et les 80 ans de l’année 1942 durant laquelle 45 736 juifs sont déportés de France, soit plus de 60 % du total des juifs déportés de France au cours de la guerre, le Mémorial de la Shoah à Drancy consacre une exposition aux lettres d’internés intitulée « C’est demain que nous partons ».

Pour le convoi n°1, Karen Taieb a choisi une lettre rédigée par Motel Reznik, la veille du départ, depuis Drancy et adressée à sa femme. « Chérie mon amour. Avec un cœur plein de décision je vais t’annoncer une nouvelle qu’est peut-être très frappante sur le moment mais espérons que ça donnerait meilleur résultat que jusqu’à présent : je pars à destination inconnue, on dit que c’est pour travailler », écrit, le 26 mars 1942, ce juif polonais. « Ne t’en fais pas si tu n’auras pas de correspondance, cela va certainement prendre quelque temps jusqu’on puisse donner de nos nouvelles et pour tout ce temps-là vous toi, Cécile et Jacquie chérie, serez toujours auprès de moi. Toi, ma chère femme, tu t’arrangeras à la maison comme tu pourras et tu m’attendras, et je reviendrai à toi. » Motel Reznik ne retrouvera pas sa femme. Immatriculé par le numéro 27 827 à son arrivée à Auschwitz-Birkenau, il trouvera la mort dans le camp le 13 juin 1942.

La lettre écrite par Motel Reznik à sa femme Cypora depuis le camp de Drancy, la veille de sa déportation, le 26 mars 1942. © Mémorial dela Shoah/coll. Jacqueline Elgrably

Quatre-vingt ans plus tard, le Mémorial de la Shoah continue de collecter ces documents. « Il y a encore des trésors à mettre en lumière. J’espère que cette exposition donnera envie à de nombreuses personnes de nous confier les lettres et autres archives, car ils vont réaliser que ce n’est pas juste pour les ranger dans des boîtes mais qu’elles ont un intérêt bien au-delà du strict cercle familial », souligne Karen Taieb. Comme le résume la responsable des archives, « ces lettres sont tout ce qu’il reste des déportés ».