« J’irai dormir sous vos clochers » : une Bourguignonne partage ses carnets de voyage de la Région

France 3- Bourgogne Franche-Comté

Ophélie Petit est originaire de Paray-le-Monial. Après 10 ans passés dans le Sud de la France, lors de la pandémie en 2020, elle revient en Bourgogne et redécouvre la région en van, et confectionne des petites vidéos en partant à la découverte des villages, de ses habitants, et de ses églises.

C’est un carnet de voyage très local et très rural, à l’image des tendances touristiques actuelles, qu’a réalisé Ophélie Petit, en repartant à la découverte de la Bourgogne dans son van. 

L’église « au milieu du village »

Après une dizaine d’années passées dans le Sud de la France, Ophélie revient en Bourgogne en 2020, à Dijon. Lors du confinement, elle s’achète un van et décide de repartir à la découverte de la Bourgogne.
Lors de son périple touristique sur les routes de Bourgogne, elle se rend compte de l’importance des églises dans les villages : « je prenais beaucoup de photos des églises. Ce n’est pas pour un côté ‘croyant’, mais plus pour le côté patrimoine ou architectural.
J’ai redécouvert notre région et je me suis dit qu’il y avait peut-être quelque chose à creuser en fait de ce côté-là : l’église est au centre des villages, les gens la voient tout le temps. Il y avait aussi le ‘chemin des églises romanes’ qui me plaisait beaucoup, j’avais envisagé de le faire en van et de toutes les visiter.
Autour de cela est partie l’idée de se dire que les gens ont peut-être des choses à raconter sur leur église, des témoignages à faire, sans pour autant parler du côté religieux. Ce lieu qui rassemble …ou pas…! Et quels liens ils ont avec leur église. »

L’idée s’est affinée et Ophélie a pu réaliser 6 épisodes de 4 minutes environ, en se focalisant sur les églises du Clunysois, en Saône-et-Loire, et leurs habitants : « l’âme du projet, c’est les habitants du village. Les gens savent des choses, ils se livrent facilement. « 

Autodidacte et passionnée

Ophélie n’est ni vidéaste, ni réalisatrice de télévision, elle est manager d’une boutique d’une grande marque de téléphonie et pratique la vidéo comme un hobby : « j’ai tourné à l’Iphone avec une perche stabilisatrice, pour aller à la rencontre des gens. J’ai appris toute seule le montage, la vidéo. J’ai le contact humain assez facile de par mon travail. Pour moi, c’est une première ! »

Concernant la mise en image de ses visites, Ophélie est restée libre et a donné sa préférence aux interlocuteurs qu’elle a rencontré : « il n’y a pas de formatage particulier. Ça dépend de la place que les gens prennent au moment de filmer. Nathalie, ma tante, m’a aidée à rencontrer certains interlocuteurs. Sinon, la plupart des rencontres ont été assez spontanées. »
Le projet s’est en effet co-construit entre Ophélie et Nathalie, sa tante, pour imaginer la fabrication des différents épisodes.

Épisode 1 : Saint Clément sur Guye / Burnand / Ougy (à voir sur YouTube)

Les autres, c’est ici !