« Au début d’une oeuvre, il y a un trauma » (C. Boltanski)