Un chouette texte mais dans un autre style que Le chant des partisans, c’est sûr. À partager.

« Ma petite maman chérie, mon tout petit frère adoré
Mon petit papa aimé, je vais mourir. Et toi ma chérie…
Danse, danse, j’serai fusillé demain mais vive la Résistance
Danse, danse, j’aurais voulu scier mes liens mais vive la Résistance (…)

Du minotaure des îles, j’ai mes torts mais il
Est tard pour les regrets, je parcours l’idée gaie
De t’imaginer libre quand j’pars au cours de l’été
Ces larmes qui te maquillent sont comme des armes à blanc
Qui coulaient sur mes lèvres dans le maquis
Ma jolie camarade, la résistance danse
Je voudrais pas qu’ils disent qu’on est triste en France
Une méprise d’enfance qui nous rendit rances
Aurait-on été heureux dans cette grande errance ? »