Serge Bavoux est né le 8 mars 1929 à Gaillac. À l’adolescence, il vit avec ses parents à La Guiche où son père -Aimé- exerce la profession d’électricien. En 1941, Serge entre à La Prat’s. Rien ne sera facile pour lui. Sa mère reste seule alors que son père croupit en prison parce qu’il est communiste. Ainsi, lorsque Serge verra les les plus âgés de l’École pratique partir au maquis le 6 juin 1944, ordre lui sera donné de rester sur place. Certes il n’est pas en âge de travailler, mais il est devenu en quelque sorte le « soutien moral de famille » Bavoux.

Serge sortira de La Prat’s en 1946. Ses souvenirs, sa carrière, point besoin de les détailler puisque vous pouvez les lire sur : http://laprats.fr/blog/vos-anecdotes/serge-bavoux/

Car Serge était un merveilleux conteur, apprécié des jeunes élèves qui l’écoutaient à chaque fois qu’il passait à La Prat’s, allant et venant dans les couloirs de l’internat, racontant La Zim, les vols de patates d’élèves qui avaient faim pendant ces tristes années, les douches à l’eau froide, les billets verts qui permettaient de repartir à La Guiche à vélo, le surveillant ligoté à l’internat dans la nuit du 6 juin… On riait aussi beaucoup avec Serge.

Et puis, n’oublions pas le chercheur, l’érudit qu’il a aussi été, les articles savants qu’il a publiés pour la Société d’émulation du Jura. Il aura contribué, sans nul doute, à nous faire aussi connaître l’Histoire de « sa » Prat’s, celle des années de guerre. Oui l’École était restée sa seconde maison.

Serge, c’était tout ça. Un grand coeur, un bon vivant, un conteur…