A Auschwitz pour la première fois, Merkel envoie un signal face à la montée de l’antisémitisme

À lire dans Le Monde du 7 décembre 2019 sous la plume de Thomas Wieder. : « La chancelière allemande a dénoncé les « dangers du révisionnisme historique », une allusion au parti d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne, en pleine croissance. » (…)

C’est à Birkenau, trois kilomètres plus loin, qu’Angela Merkel a pris la parole. Là, dans la salle centrale du « Sauna », cette antichambre de la mort où transitaient ceux qui allaient rejoindre les chambres à gaz, elle a commencé par dire à quel point il lui était « difficile en tant que chancelière de se tenir debout » dans un tel lieu, s’adressant aux quelques rescapés présents pour l’écouter. »

Et dans l’Editorial du Monde :

Montée d’un « antisémitisme qui menace la vie juive en Allemagne et en Europe. »

« Ensuite, à cause de la date de cette visite. Dans son discours, Mme Merkel a clairement fait comprendre qu’elle n’avait pas choisi le moment au hasard. Dénonçant un « racisme préoccupant »,une « intolérance galopante » et la montée d’un « antisémitisme qui menace la vie juive en Allemagne et en Europe », elle a souligné que, « de nos jours, ce ne sont pas des formules rhétoriques ».

Qu’une chancelière allemande s’exprime ainsi, à Auschwitz-Birkenau, donne à ses mots un poids sans équivalent. Mais c’est aussi un terrible aveu de la part de la dirigeante d’un pays où la mémoire du nazisme n’a jamais été aussi présente dans l’espace public et la parole politique. »

https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/12/07/a-auschwitz-birkenau-les-mots-historiques-d-angela-merkel_6022041_3232.html