Cluny, depuis sa fondation, n’a cessé de croître. L’urbanisation civile, un instant retenue par les enceintes fortifiées, s’est de nos jours étendue hors les murs annexant de ce fait les voies de communication existant sous l’appellation de « chemins » et qui allaient bien vite être rebaptisées « rues ».

C’est ainsi que la rue « Berty Albrecht » était d’abord « le chemin de Cluny à Saint Germain » et semblait avoir pour fonction de relier la ville à cette chapelle Saint Germain.

Cette dernière, aujourd’hui disparue, a donné son nom à la zone d’activité commerciale dite « du pré Saint Germain ».
En 1770 notre rue devient « le grand chemin de Cluny à Saint Bonnet ou à Charolles », connue parfois sous le nom de « Route Royale de Cluny à Charolles. L’itinéraire de ce grand chemin empruntait l’actuel « chemin du plaisir » qui, via la Croix Nicaud et La Vineuse, rejoignait Saint Bonnet de Joux puis Charolles.

Autre exemple, l’avenue du Général de Gaulle que nombre de Clunisois ont connu comme avenue de la Gare, s’appelait en 1693 « chemin de la porte du pré Guitton ou Guyton aux quatre Moulins et au Pont de l’Étang » Rien que cela !

Enfin, approximativement sur le tracé de la rue Salvador Allende se situait au XVIIe siècle un chemin répondant à la très bucolique appellation de « chemin aisanciel de la croisette ».

La gazette de Cluny, fév 2003-nov. 2003.