Places et placettes

Les places et autres placettes ne peuvent être dissociées des rues de Cluny. Comme elles, lieux de passage ou d’activités diverses, elles ont traversé les siècles mais leurs noms ont souvent changé au fil du temps.

C’est ainsi que la « place du petit Marché » était encore identifiée sur le cadastre de 1841 comme « place des Halles, tandis que la « place de la Liberté » a toujours été connue au Moyen-âge et dans la période moderne, sous le nom de « place de l’Ancienne Boucherie ». Quant à la « place du Champ de Foire », elle détient une sorte de record d’appellations allant du « Champ de Foire » (fin XVe siècle) à la « place de Foire » (XVIIIe siècle) en étant passée par la « Plastre du Merle » et même la « place de l’Arcbuse », sans doute parce que la compagnie locale de tir s’entraînait sur cet endroit propice, plat, dégagé et hors les murs.

Autre curiosité, le Cloître de l’abbaye (ou tout au moins son aile ouest) qui, après la période révolutionnaire, a vu le percement d’une rue Municipale reliant la « place du Petit Marché » à l’actuelle rue « Porte des Prés », à travers les bâtiments abbatiaux.

De « rue municipale » le cloître s’est vu baptisé sur le cadastre de 1841 comme « Place du Jet d’eau ». L’endroit ne devait certainement pas manquer de charme avec ses commerces, ses logements et cette fontaine qui jaillissait au milieu du cloître.

Pour terminer, intéressons nous à la « place des Martyrs de la déportation » en contrebas de l’ancienne gare. En 1770, elle est signalée sur le plan comme étant la « place à Monseigneur l’Abbé ». S’agit-il d’un hommage à Raymond de Cadoène, abbé de Cluny, qui a fait rebâtir le pont de l’Etang en l’an de grâce 1412 ?

Cela est plausible.

La gazette de Cluny, fév 2003 à nov. 2003.