La Zim, les enfants et la femme enceinte

Lettre de La Zim à M-L. Clément, non datée. Je serai contente d’avoir Colas, plus encore parce qu’il me viendra de toi. Mais je ne l’accepte que si je peux l’échanger contre La Princesse russe qui certainement ne le vaut pas mais que l’employé de Feyeux m’a chaudement recommandée et que j’avais prise à Mâcon à ton intention. Elle attendait l’occasion dans une pile de jouets que je n’ai pas encore distribués. Tu sais qu’ils sont rares les fournisseurs qui livrent à domicile… et tu trouves le moyen de me procurer ce que j’aime le mieux et de gâter les miens par-dessus le marché !


La Zim avec une petite fille. Qui est-elle ?

Lettre à Sophie, 29 avril 1942. Tu diras à la dame de la rue du Cour (ou du Coin) quand elle recevra le lait américain pour son bébé qu’on recommande de le laisser dans des boîtes de fer bien fermées. Si les instructions sont traduites sur la boîte, elle les suivra à la lettre. Sinon on recommande de mettre 7 cuillerées à soupe rases pour 1 litre d’eau froide. Il faut le mettre à la surface et puis battre avec une fourchette.

La Zim avec une petite fille. Qui est-elle ?

La rue du Cour ou du Coin n’existe pas à Avignon. Colette Fevre, nièce de Georges Malère, raconte (Le Pire c’est que c’était vrai, p. 79) qu’il y avait à Cluny dans la cave de l’usine à gaz des boîtes de lait condensé. « En fait presque la totalité de ces boîtes contenaient des munitions, une grande chance a voulu que celles-ci aient échappé aux recherches. Les Allemands n’ont rien trouvé. »

Lettre à Sophie, avril 1942. Mon petit Pierrot a peu de chance de s’en tirer.

Lettre à Sophie, mai 1942. J’ai donné des cerises aux jeunes Clunisois de ma connaissance, il y en a qui les appelaient des pruneaux.

Difficile de penser que des jeunes gens confondent cerises et pruneaux à la campagne. Alors cerises = ???

Lettre à Sophie, mai 1942.Je te renvoie le panier aujourd’hui (…) et les épaulettes du gone.

Lettre à Sophie, mai 1942.Je suis invitée à une 1ère communion dimanche. Le petit garçon de mon DR (=docteur ?) de l’an dernier. J’ai pu me procurer un livre sur l’Alsace.

La Zim avec un communiant ? Un docteur ?

Lettre à Sophie, octobre 1942. Noms rayés en haut de la lettre :

Autignac Avons Barraud Béréziat

Identifiés comme quatre élèves de La Prat’s. Mais pourquoi leurs noms sont-ils rayés et sans autre indication ???